Plateau Urbain met la vacance au service de la création d'entreprises.

Logistique urbaine / Economie collaborative

Île-de-France

C’est un succès. Depuis sa création en 2013, Plateau Urbain a mis à profit 10 000 m2 de surfaces sur la région Ile-de-France. Des lieux inoccupés, entre deux projets d’études.

« Cette vacance, c’est l’interstice temporel entre l’achat d’une parcelle et le début d’un chantier, qui correspond au temps de la réflexion du projet urbain, qui est nécessaire, mais la production de la ville n’est pas à la même temporalité que celle d’un projet entrepreneurial ou associatif, donc utiliser ce temps permet de réduire les valeurs des locaux. », explique Simon Laisney, Directeur général de l’association.

Le modèle est calqué sur une logique gagnant – gagnant : en occupant les locaux au prix des charges, les utilisateurs peuvent concentrer leurs moyens sur le développement de leurs activités. Agnès Denat et Laurie Lecou, co-fondatrices de l’entreprise Studio Cymé, louent ainsi depuis avril un espace dans les anciens locaux de Sciences Po Urba, à Paris : « On est à un tout petit plus de 200 euros par mois pour 20m2. C’est une chance pour nous car en étant de jeunes créatrices d’entreprise, cela aurait été compliqué de trouver un tarif aussi providentiel, on va dire ! ».

Du côté des propriétaires, ces revenus annulent le coût des charges, du gardiennage et du maintien en l’état des locaux. « Je ne vois que des avantages au développement de ce type d’occupation et de mode de fonctionnement », s’enthousiasme Laurent Vuidel, Président du bailleur social Lerichemont, qui a été le premier à rejoindre l’aventure. « On base les choses sur la confiance et sur la vitalité plutôt que sur une posture craintive et négative, et je crois beaucoup que si les choses se développent on trouvera une fluidité à ce type d’occupations temporaires ».

Plus d’informations sur www.plateau-urbain.com

Toutes les Idées à suivre

Commentaires