Leur point de vue nous inspire

Bio

Fermer l'encart de biographie

Francis Karolewicz

Francis Karolewicz est le dirigeant du cabinet FMK Consulting. Consultant, coach et conférencier. Il agit depuis plus de 20 ans au service du développement des ressources humaines durables (DRHD) et de l'entreprise apprenante. Il est également président de la SAS Human Smart Community éditrice de la plateforme collaborative locale monECOCITY. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont « RH et développement durable » écrit avec bernard Calisti aux éditions d’organisation 2005 et "Ecomanagement" préfacé par Nicolas Hulot aux éditions de Boeck Université 2010.

Francis Karolewicz

Dirigeant du cabinet FMK Consulting

Piloter son entreprise comme un système vivant et apprenant

Management

 

Piloter son entreprise comme un système vivant et apprenant

Notre vision du monde et nos indicateurs d'évaluation influencent très largement nos choix d'action et les résultats obtenus. En s'interrogeant régulièrement sur leurs motivations et croyances, dirigeants et managers pourraient sans doute trouver d'autres pratiques pour orienter différemment le pilotage de leur entreprise. Ils pourraient, notamment, mieux conduire dans la durée les changements à venir en appréhendant leur organisation comme un système vivant et apprenant.

L'entreprise vivante et apprenante

En fonction de ses objectifs et de ses critères d'évaluation le dirigeant peut réaliser de belles récoltes, obtenir de beaux résultats tout en appauvrissant à terme son entreprise. Il peut aussi la consolider sur le long terme en la considérant comme un système vivant et apprenant dans un environnement complexe. En effet, en tant que système humain et apprenant, l’entreprise répond à des lois similaires à celles de la nature : Elle née, se développe, mûrit et disparaît. La durée de son cycle est liée à la fois à des facteurs externes (mondialisation, normes, multiplicité des acteurs...) mais aussi internes. Nous ne pouvons pas forcément agir sur les premiers mais nous pouvons renforcer nos facteurs internes de vitalité. Encore faut-il les connaître et vouloir les mettre en œuvre. Tout va dépendre à la fois de la posture et des valeurs des dirigeants, mais aussi de leur mode d'évaluation.

Les facteurs clés du vivant pour se renouveler

Les lois du vivant nous éclairent sur la manière dont les systèmes se renouvellent pour durer et comment en tant qu'individu, collectif et organisation, nous pouvons faire pour nous ajuster aux évolutions de notre environnement en lui apportant des réponses créatrices de valeur. Cette réflexion nous a amenés à identifier un modèle organique composé de quatre facteurs de vitalité, transférables dans la vie des organisations et le management des hommes.

1- Se relier à son environnement. C’est dans le lien que l’énergie circule, que les changements se font, que l’apprentissage se réalise. Etre relié, c’est être au contact de son environnement, de son équipe et de soi-même. C’est développer sa capacité à entrevoir les opportunités et les menaces de son environnement mais également d’analyser les points forts et faibles de son équipe. C’est une posture d’ouverture vers l’extérieur en développant sa capacité à élargir ses propres représentations. De nombreuses entreprises leaders ont disparu, trop occupées à se centrer sur elles-mêmes et incapables de voir les risques et les ruptures extérieures. Comprendre les évolutions de son environnement et en lire les signaux faibles de transformation sont primordiaux pour ne pas disparaître.

2- Innover. Créer du neuf est le propre du vivant. Innover, c’est développer sa capacité à répondre et à anticiper les besoins et les attentes de son environnement. C’est repousser les limites du connu, se confronter aux autres, prendre des risques et oser expérimenter. L’expérimentation et l’innovation sont deux pratiques gagnantes des entreprises qui perdurent. Un dirigeant américain disait qu'une entreprise qui ne prenait pas de risques, devait se préparer à disparaître.

3- Partager. La compétitivité repose avant tout sur la capacité à apprendre plus vite que les autres. Générer de l’intelligence collective nécessite de mettre en place en interne des systèmes d’apprentissage et de diffusion permanente de la connaissance et des pratiques. Le travail collaboratif, les bureaux partagés et d'autres formes de collaborations se développent de plus en plus dans les petites et moyennes structures. Un moyen de fabriquer de l'intelligence collective à bon marché.

4- Se réorganiser. Toute intégration d’un élément nouveau dans un système implique une réorganisation pour retrouver un nouvel équilibre. Une communication transparente et l’implication des collaborateurs sur les modalités de la réorganisation sont deux clés de sa réussite. Se réorganiser se confronte à la fois aux rigidités du système : règles strictes, structures et descriptions des tâches rigides, système d’information figé… mais également aux résistances des salariés : peur de l’inconnu et du changement. Le système attend souvent d'être en état de crise, proche de la rupture pour se mettre en mouvement. La réussite de ces changements passe par la volonté de construire une entreprise solide dans la durée en reliant la plupart du temps l'impératif économique avec l'impératif humain.

Manager son entreprise comme un système vivant et apprenant permet de mieux résister aux évolutions et aux pressions de son environnement. Encore faut-il que le dirigeant soit plus préoccupé par la longévité de son entreprise et l'employabilité de ses salariés que le résultat financier à court terme.

Tous les points de vue

Sur le même thème

Commentaires