Leur point de vue nous inspire

Bio

Fermer l'encart de biographie

Jean-François Rial

Président Directeur Général du groupe Voyageurs du Monde, Jean-François Rial est né le 12 juin 1963 à Soyaux (Charente). Sa passion pour la géographie et la complicité de ses parents, le poussent très tôt à voyager. À 18 ans, il part seul en Chine et développe déjà un goût pour la rencontre humaine et l’apprentissage d’autres cultures. Un leitmotiv qui guide aujourd’hui une entreprise de plus de 650 salariés, originaires des quatre coins de la planète. Après un début de carrière dans l’information financière (directeur général de FININFO à 25 ans), il trouve sa véritable voie en 1991, lors d’un voyage à travers le Sahara. En 1996, épaulé de quatre amis, il reprend Voyageurs du Monde. Par ailleurs président de l’association des amis d’Unitaid, engagé auprès de HRW et du comité de soutien à la FIDH, Jean-François Rial reste persuadé qu’il est possible de réconcilier efficacité économique et éthique. Il dirige ainsi une entreprise citoyenne, concrètement engagée pour un tourisme responsable. Plus d’infos sur www.voyageursdumonde.fr

Jean-François Rial

Président-Directeur Général de Voyageurs du Monde

Voyageons responsable !

ESS

Le Tourisme responsable : un enjeu du développement durable

 

Dans un monde en plein bouleversement, chacun d’entre nous a le devoir de  s’interroger sur ses responsabilités. A fortiori en tant que voyagistes, quand le monde et sa diversité constituent la raison d’être de notre activité. Si le voyage est une activité indispensable à la compréhension entre les peuples, il entraîne néanmoins des conséquences sur l’environnement et les cultures des pays visités.  . Une prise de conscience indispensable sur le plan individuel, que les acteurs économiques du voyage doivent encourager de manière concrète.

 

Donner un sens au tourisme durable, responsable et solidaire 

 

La majorité des voyageurs ne font pas le choix de ce type de tourisme - les notions de durabilité, responsabilité et solidarité étant bien souvent mal définies.

Le tourisme durable nécessite la préservation du patrimoine culturel et environnemental des régions visitées. Sans durabilité des écosystèmes et des cultures, le tourisme cesse tout simplement d’exister. Il ne s’agit donc pas d’une question éthique, mais bien d’une obligation. L’ensemble des voyages proposés devrait être conçus en ce sens.

Le tourisme responsable ajoute une dimension économique aux considérations environnementales et culturelles : les bénéfices générés par le tourisme doivent être redistribués de manière équitable auprès des populations locales. Privilégier à compétence égale les emplois locaux, veiller au respect des minima sociaux, sont autant de points fondamentaux défendus par l’association Agir pour un Tourisme Responsable qui regroupe sous sa certification les tour-opérateurs œuvrant en ce sens.

Le tourisme solidaire consiste à privilégier des projets coopératifs locaux : coopératives agricoles, associations d’artisans. Une fois encore, les voyagistes peuvent s’engager sur ce point, notamment en proposant des hébergements et des activités qui font appel à ce type de regroupements.

 

Chez Voyageurs du monde, nous nous sommes posés ces questions et nous avons développé un modèle de tourisme durable, responsable et solidaire.

Les voyages que nous proposons à nos clients ont été créés dans le respect des peuples, des cultures et des modes de vie ; conçus par nos conseillers experts, ils permettent une compréhension fine des pays visités.

 

Nous travaillons en partenariat avec des correspondants locaux qui, partout dans le monde, partagent nos préoccupations sociales, sociétales et environnementales.

Considérant que les acteurs du tourisme doivent également considérer leur participation au réchauffement climatique, nous prélevons la marge réalisée sur la vente de chaque billet d’avion. Les fonds ainsi collectés sont engagés pour financer des programmes forestiers qui impliquent les populations des zones forestières : restauration de la mangrove au Sénégal, en Inde, en Indonésie ; préservation de la forêt amazonienne au Pérou. Planter des arbres, c’est préserver la biodiversité, réduire la pauvreté et lutter contre le réchauffement climatique.

 

Nous prolongeons notre engagement en soutenant des associations qui mettent en place des projets concrets pour le développement des pays les plus défavorisés. Depuis sa création en 2009, notre fondation Insolites Bâtisseurs a ainsi financé 90 projets en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

 

Limiter les effets négatifs, développer les aspects positifs sont bien les grands enjeux du tourisme de demain Nous avons  aussi le privilège de rappeler que le voyage est aussi un outil de tolérance, de résistance et de paix.

 

Plus d’infos sur http://www.voyageursdumonde.fr/voyage-sur-mesure/esprit-voyageurs/qui-sommes-nous/voyage-sur-mesure#tourisme-responsable

 

Tous les points de vue

Sur le même thème

Commentaires