Monétiser l’empreinte carbone responsabilise collaborateurs et dirigeants

économie verte

Nicholas VANTREESE

Responsable du Développement durable – La Banque Postale

Monétiser son empreinte carbone plutôt que de passer par le rachat de crédits, c’est la démarche originale qui a été mise en place par la Banque Postale depuis 2014 pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit en fait d’une taxe interne. « Nous avons calculé nos émissions de CO2, puis converti chaque tonne émise en euros – à hauteur de 7 euros la tonne-. L’enveloppe ainsi créée permet de financer des projets en interne et à l’extérieur de l’entreprise », explique Nicholas Vantreese.

En 2014, 400 000 euros ont ainsi été collectés, qui ont notamment servi à installer des bornes de recharge pour les vélos électriques, dans les sièges de la banque, à former les collaborateurs à l’éco conduite et à financer un projet de préservation de la forêt dans le Massif central. « Nous voulions réinvestir cette taxe sur le territoire français, là où nous opérons », poursuit Nicholas Vantreese. « L’avantage de cette taxe carbone, c’est qu’elle permet à tous, et notamment aux dirigeants, de prendre conscience que le carbone a un coût. Un coût qu’il faut maîtriser ». Pour mettre en place une démarche similaire, Nicholas Vantreese recommande d’être vigilant à la qualité et à la maîtrise de la mesure de l’empreinte carbone et de savoir faire preuve de conviction, en interne, pour que le projet soit réussi.

 

Interview réalisée au Centquatre www.104.fr

Tous les six minutes

Sur le même thème

Commentaires